mardi, décembre 18, 2018
AlimentationMaman-Bébé

Nutrition : Mémo de la jeune maman

nutrition-memo-de-la-jeune-maman
nutrition-memo-de-la-jeune-maman
120views

L’éducation alimentaire est capitale dans les premières années de l’enfance. Si vous êtes jeune maman et que vous vous sentez dépassée par les publicités à répétition et la culture fast-food, voici un petit mémo pour connaître les principes de base de l’alimentation saine.

Manger sans s’intoxiquer…

Le créateur et président de l’association, Bernard Clavière, est un personnage étonnant, iconoclaste et non-conformiste, qui s’est fait connaître lorsqu’il a organisé sa Croisade pour la santé. Au cours des deux éditions de cet événement sans précédent, une centaine de participants ont marché pendant 14 jours (de Gironde-sur-Drot à Paris en 2008 et de Talence à Toulouse en 2009), en jeûnant – donc sans aucun apport alimentaire. L’objectif de la Croisade pour la santé était de promouvoir le jeûne comme premier moyen naturel de santé, le plus ancien, le plus simple, le plus universel, et le plus efficace.

Après une enfance marquée par les problèmes de santé, Bernard Clavière décide à l’âge de 18 ans de prendre la responsabilité de la gestion de sa vie et de sa santé. Il réforme complètement son alimentation et pratique régulièrement le jeûne. Le résultat est impressionnant : un niveau de santé enviable et une incidence nulle sur le déficit de la Sécurité sociale : il n’a pas pris un médicament depuis 40 ans !

Dans son dernier livre « Et si on s’arrêtait un peu de manger…de temps en temps ». Bernard Clavière écrit : « Si vous vous sentez fatigué trop souvent, si vous avez différents petits problèmes de santé récidivistes et si vous êtes plutôt tendu, votre corps est probablement chargé de toxines. Pour tester votre niveau de toxicité répondez à une question simple : Comment vous sentez-vous quand vous sautez un repas, ou deux, ou même lorsque vous êtes simplement en retard pour prendre votre dose de nourriture… ? Avez-vous la tête qui tourne ? Une impression de faiblesse, de malaise, est un signe clair d’intoxication ». Aujourd’hui, comme dit Pierre Rabhi, plutôt que de se dire « bon appétit » il faut se dire « bonne chance ! ». Ainsi, il est très important de bien choisir ce qu’on met dans son assiette au quotidien pour manger sans s’intoxiquer.

Mémo de la jeune maman

  1. Donnez un verre d’eau à votre enfant à jeun avant de prendre son petit déjeuner. L’eau à jeun permet de modérer l’envie de manger et de nettoyer les intestins.
  2. Proposez à votre enfant des fruits de saison au petit déjeuner, des dattes par exemple en hiver. Les dattes sont très sucrées et satisfont le besoin de glucose du corps. elles sont riches en fibres insolubles, c’est-à-dire qui vont aider à nettoyer les gros intestins.
  3. Proposez aux enfants des tartines à l’huile d’olive ou de lin au petit déjeuner. Il est prouvé que consommer des bonnes graisses dans les premières années de l’enfance préserve l’enfant de l’obésité plus tard. Vous pouvez ajouter du miel ou de la confiture à cette tartine pour la sucrer.
  4. N’achetez que du pain complet, et proposez-en systématiquement à votre enfant. L’enfant dépense beaucoup d’énergie et a besoin d’un apport calorique conséquent.
  5. Instaurez des horaires fixes pour les repas. Insistez pour réunir les enfants à table pour manger en famille. Les jeux vidéo peuvent attendre.
  6. Prévoyez du poisson au moins trois fois par semaine, de préférence du poisson bleu car très riche en oméga-3.
  7. Achetez toujours les légumes de saisons et imaginez toujours des nouvelles recettes de salades variées. C’est ainsi que l’enfant va aimer les légumes.
  8. Organisez-vous pour préparer des gâteaux fait-maison avec vos enfants, laissez-les mélanger sucre, chocolat et œufs, les enfants adorent mettre la main à la pâte ! Vous évitez ainsi les achats répétitifs de biscuits et pâtisseries industrielles.
  9. Évitez de laisser les enfants manger devant la télévision. Apprenez-leur que manger est un acte quasi-sacré et qui demande d’être présent à son corps et à ses émotions. C’est ainsi qu’ils vont mieux se connaître et mieux connaître leurs sensations de faim et de satiété.
  10. Sachez que faire la cuisine est créativité et impliquez vos enfants en cuisine. C’est ainsi que vous leur donnez l’amour de la bonne nourriture.

Le plus : Mangez dans la joie !

L’état émotionnel au moment de manger influence considérablement la manière dont l’aliment va être métabolisé par le corps. On sait par exemple que manger dans la culpabilité renforce la tendance du corps à stocker et à former des réserves de graisse. La plupart des personnes qui souffrent de surpoids mangent en effet dans la culpabilité. Apprenez donc à vos enfants à manger dans la joie, jamais dans la culpabilité. Manger dans la gratitude, jamais quand on est en colère ou stressé.

Aliments à privilégier pour garder la bonne humeur…

En hiver, Consommons des vitamines B, C et D : légumes vert foncé, céréales entières, légumineuses, fruits, huiles de foie de poissons, poissons gras, jaune d’œuf, beurre cru…

Consommons des Oméga-3 : poissons gras, noix. Consommons du fer, du manganèse et du Tryptophane. Le Tryptophane est un acide aminé essentiel apporté par le biais de l’alimentation et qui, une fois absorbé est transformé en 5-HTP substance à son tour transformée en sérotonine, notre « messager chimique de la bonne humeur ». Supprimons charcuteries, produits transformés et sucrés qui augmentent les symptômes de déprime.

Diabète et obésité abdominale

Le diabète correspond à un défaut d’utilisation de l’insuline, ce qui entraîne un excès de sucre dans le sang. Il s’en suit un dysfonctionnement au niveau des cellules qui ne pourront pas disposer de sucre pour fabriquer de l’énergie et fonctionner. Ce qui explique la sensation de fatigue associée à l’hyperglycémie.

L’hygiène de vie est la véritable clé de prévention du diabète. Manger sainement et consommer les bonnes quantités de bon sucre et de bon gras doit aller de paire avec l’activité sportive. La sédentarité est le pire ennemi de la santé. Attention l’obésité abdominale est un signe précurseur. Des travaux récents le confirment : l’obésité abdominale ou viscérale traduit en général la présence de gras dans le cœur ou dans le foie. Mais ce n’est pas une fatalité non plus, l’exercice physique régulier permet de débarrasser vos organes de la graisse qui s’est accumulée. Alors faites régulièrement su sport et initiez vos enfants au sport.

Astuce

Quand vous préparez des pâtes privilégiez la cuisson aldente. En effet, la cuisson aldente des pâtes favorise un index glycémique bas !

Commentaires