lundi, décembre 10, 2018
AllergieMaladies

Le psoriasis

Le psoriasis
Le psoriasis
80views

Affection de la peau, le psoriasis est une maladie chronique non contagieuse qui concerne environ 3 millions de Français.

Le psoriasis se caractérise par la formation de squames : des zones où s’accumulent les cellules épidermiques (celles-ci se régénérant à un rythme anormalement élevé) pour créer une sorte de croûte. Ces plaques s’installent sur diverses parties du corps, les plis, les coudes, le cuir chevelu, les mains et les genoux notamment. À l’aspect disgracieux des ces squames s’ajoutent souvent irritations et démangeaisons.

Une évolution par cycles

Les premières manifestations du psoriasis apparaissent en général à l’âge adulte (des cas d’enfants affectés ont également été observés) ou vers la cinquantaine.

S’enchaînent alors les cycles de poussées, qui durent environ trois mois, et de rémission, qui s’étendent quant à elles sur des périodes plus aléatoires (plusieurs mois, voire plusieurs années).

Les origines et les facteurs déclencheurs du psoriasis sont encore mal cernés, mais des éléments et comportements aggravants ont été  identifiés ; la consommation d’alcool et de certains aliments, le stress, mais aussi une légère prédisposition génétique.

Qu’il s’agisse de psoriasis en plaques (forme la plus répandue),en gouttes, pustuleux, inversé, érythrodermique, unguéale (psoriasis de l’ongle) ou arthritique, il est tout à fait possible de suivre un traitement efficace contre les effets de la maladie, à condition néanmoins de toujours garder à l’esprit qu’elle ne disparaît jamais totalement.

Le traitement local

Présentés sous formes de crèmes, les traitements locaux ont pour objectifs d’adoucir et d’assouplir la peau et les tissus (propriétés émollientes), de limiter les inflammations, de lutter contre la multiplication excessive des cellules de l’épiderme et de celles de la défense de l’organisme (effet immunosuppresseur).

Ces produits sont fabriqués à base de corticoïdes, et peuvent être des dérivés de vitamines A (à l’image des rétinoïdes) ou D (calcipotriol), et de cortisones.

La photothérapie

Contre les effets du psoriasis, notamment pour les cas où les surfaces atteintes sont importantes, les rayons ultraviolets s’avèrent être un allié efficace. Pour profiter des bienfaits de la photothérapie, on peut opter pour la solution naturelle, à savoir l’exposition au soleil, ou artificielle, à l’aide d’appareils à ultraviolets.

Concernant les bains de soleil, il est nécessaire de rappeler qu’une exposition trop longue aux rayons solaires présente un réel danger pour la peau (aggravation des symptômes, risque de cancer de la peau, etc.). Il est donc vivement recommandé de limiter les durées de ces expositions, et d’appliquer un écran soleil adapté, avec un facteur de protection solaire (FPS) de 15.

Quant aux séances d’ultraviolets via des appareils, celles-ci doivent être faites sous le contrôle d’un médecin, qui saura en déterminer la fréquence et la durée. Dans la plupart des cas, trois rendez-vous hebdomadaires sont prescrits, à raison de quelques minutes par séance.

En règle générale, deux grands types de dispositifs à ultraviolets sont conçus pour le traitement du psoriasis ; les appareils à irradiations de rayons ultraviolets B (UVB) à spectre large ou étroit et les appareils laser à excimères. Ces derniers ont une puissance nettement supérieure aux premiers.

Traitements sur les zones importantes

Lorsque l’affection psoriasique s’étend à de plus grandes zones du corps, il existe une panoplie de traitements systémiques, administrés par voie orale ou par injections. On y retrouve notamment l’infliximab, qui est un anti-TNF (pour Tumor Necrosis Factor, ou Facteur de Nécrose Tumorale), les rétinoïdes, le Méthotrexate (intervenant dans les cas de rhumatisme psoriasique), les inhibiteurs du TNF tels que l’Étanercept, les injections d’adalimumab, ou encore la cyclosporine (qui réduit l’activité du système immunitaire). Tous ces médicaments s’accompagnent le plus souvent d’effets secondaires : chutes de cheveux, inflammations, troubles rénaux ou hépatiques…

Les médecins recommandent donc d’alterner les traitements, en changeant de médicament toutes les deux années en moyenne. Les traitements contre le psoriasis étant parfois contraignants, de nouvelles formes de médications apparaissent sur le marché. Aux côtés des traditionnelles pommades et pilules, de plus en plus de médicaments sont proposés sous l’aspect d’une mousse, d’une poudre, d’une lotion ou d’un shampoing (pour traiter le cuir chevelu). Des patches ont également été développés.

Le rôle de l’alimentation

Il a été observé qu’une mauvaise alimentation pouvait constituer un facteur aggravant du psoriasis. Il est préférable de réduire la consommation d’aliments riches en sucres, de viandes rouges, de matières grasses, de fruits acides (agrumes, ananas, tomates) et de café. L’alcool et le tabac sont également des éléments contribuant fortement à accroître les effets du psoriasis.

Les fruits mi-acides (abricots, mangues, papaye ou poire) et doux (bananes, dattes, figues…), les légumes verts (salades, courgettes, endives, fenouil, asperge…) et les bons gras (tels que l’huile d’olive) sont quant à eux recommandés par les médecins. Ces aliments possèdent en effet des propriétés purificatrices, qui aideront à lutter contre les conséquences du psoriasis.

Santé Naturelle Mag

Commentaires