vendredi, avril 19, 2019
CancerMaladies

Le cancer nécessite traitement médical … et confort !

Le cancer nécessite traitement médical … et confort
Le cancer nécessite traitement médical … et confort
46views

Quand on découvre que son corps héberge le cancer, il faut le soigner, suivre des protocoles afin de bénéficier de toutes les chances de guérison. Pourtant si le traitement médical est indispensable, le confort moral et physique est tout aussi essentiel, et il est placé désormais au cœur du combat des personnes atteintes par un cancer.

Soigner le cancer, c’était autrefois sauver des vies et rien d’autre

Autrefois, la chimiothérapie et la radiothérapie n’existaient pas, ou alors de manière embryonnaire. Les médecins soignaient leurs patients touchés par le cancer en rêvant seulement de leur sauver la vie. On peut le comprendre, mais c’était au prix d’un traitement entraînant parfois des séquelles très graves ou handicapantes. Depuis, les temps ont changé. Heureusement, les médecins pensent toujours à sauver les vies de leurs patients, mais ils ont réalisé, grâce justement à ces vies sauvées qu’il fallait aussi sauver la qualité de vie de chaque personne. Vivre oui, mais pour profiter des instants qui nous sont donnés.

Les premiers progrès, des traitements mieux adaptés

Les médecins ont commencé assez vite à comprendre que pour traiter le cancer, chimiothérapie ou radiothérapie pouvaient entraîner des effets secondaires parfois très graves, et que cela pouvait peut-être s’adapter à la personne malade. Et les progrès ont été immenses. Aujourd’hui, un médecin prescrit le traitement minimal efficace… au lieu du traitement le plus puissant possible (et le plus toxique) comme autrefois.


Les traitements complémentaires contre les effets indésirables

Même en adaptant les traitements anticancéreux, ils restent souvent lourds et source d’effets indésirables très gênant. Mais les médecins ont développé des méthodes pour diminuer autant que possible leurs effets et favoriser un sentiment de confort: des traitements anti-nausées et anti-vomissements de plus en plus efficaces sont disponibles, des casques réfrigérés pour éviter la perte des cheveux quand c’est possible… Ces attentions des équipes soignantes changent tout. Une personne hospitalisée n’est plus considérée comme « le cancer de la chambre 10 », ni même comme un malade lambda, mais comme une personne entière à soigner et soutenir.

Et puis, une personne malade reste un adulte responsable !

Vous rappelez-vous l’époque où l’on cachait son état à la personne malade, où l’on se taisait sur son passage ? Aujourd’hui, le cancer n’est plus un tabou et l’on estime qu’informer la personne atteinte l’aidera à affronter au mieux cette maladie. On la considère comme un interlocuteur valable, on lui explique le pourquoi et le comment de son traitement. Elle fait partie de l’équipe soignante.

Contre le cancer, les soins de support médicaux

A côté des thérapies liées à la maladie et des effets indésirables des médicaments, il existe des soins dits de support et ils sont en plein développement : traitement de la douleur, prise en charge nutritionnelle, kinésithérapie, et même médecine complémentaires (acupuncture, hypnose, phytothérapie, homéopathie…), etc.

La prise en charge de la qualité de vie et du confort

D’autres « soins » moins médicaux se révèlent tout aussi importants. Consultations d’esthétique, de maquillage, de coiffure, activités artistiques et culturelles, accompagnement de la famille et de l’entourage, visites de bénévoles, etc… Un pôle très important est l’activité physique bénéfique pour le moral, mais pas seulement : l’exercice physique diminue considérablement le développement de la plupart des cellules cancéreuses, ainsi que le risque de récidive des cancers.

Certains hôpitaux et cliniques mettent ainsi en place des programmes comme par exemple « Mieux vive le cancer » à l’hôpital Gustave Roussy, « Accompagner tout au long de la maladie » à l’institut Curie et tous les Centres de Lutte Contre le Cancer (CLC) ou encore « Intégration de pratique de soins complémentaires dans le traitement du cancer » à l’hôpital Avicenne de Bobigny.

E-santé


Commentaires