mardi, décembre 18, 2018
AlimentationMaman-Bébé

Donner les bonnes quantités à bébé

donner-les-bonnes-quantites-a-bebe
donner-les-bonnes-quantites-a-bebe
162views

Comme pour toute chose touchant de près ou de loin leur développement, les tout jeunes enfants n’obéissent pas tous aux mêmes normes lorsque l’on parle de quantités de nourriture à lui offrir. Les portions proposées ici ne servent qu’à vous donner un repère. Votre enfant peut très bien avoir des besoins différents.

En tant que parents, nous nous demandons tout le temps si bébé a bien mangé à sa faim, s’il n’est pas allé au-delà de la satiété ou si son alimentation est bien adaptée à son âge. Quelques règles de base sont à respecter au niveau de la diversification alimentaire, en ce qui concerne les types d’aliments à introduire petit à petit dans son menu quotidien. Alors qu’en termes de quantités, c’est l’enfant lui-même qui nous guide, puisque, par nature, il n’accepte que les proportions dont il a besoin. Ce sont surtout les mets nouveaux qui doivent être intégrés par petites doses. Les recommandations qui suivent sont basées sur des moyennes, ne vous angoissez donc pas si votre petit est un glouton qui avale plus que les rations que nous vous présentons, ou si, à l’inverse, il manifeste moins d’appétit.

Les quantités de biberons pour le nourrisson

Lorsqu’il s’agit d’évaluer les quantités à donner à bébé, il est clair que le lait maternel consommé au quotidien est difficile à quantifier. Le nourrisson obéit à son instinct et doit être nourri à la demande. Il s’arrêtera de lui-même dès qu’il n’aura plus besoin de téter.
La règle est presque la même pour les biberons à lui donner. Tant que bébé a faim, proposez-lui du lait et, là encore, il cessera naturellement de le téter à partir du moment où il sera rassasié.

Néanmoins, on peut avoir une estimation moyenne sur le nombre de biberons que l’on donne à un enfant qui n’a pas encore entamé la phase de diversification alimentaire.
Jusqu’à trente jours, votre bébé engloutira entre six et huit biberons, mais avec des quantités par biberon qui iront crescendo. Le premier jour, chaque biberon est de 10 g. On y ajoutera ensuite 10 g supplémentaires par biberon chaque jour, pour arriver à une ration de 90 g/biberon vers un mois.

Le deuxième mois, on passe à cinq biberons de 150 g. On monte à quatre biberons de 180 g dès le troisième mois (ou 5 de 150 g), et suivra à peu près ce rythme durant les quatrième et cinquième mois.

En règle générale, les intervalles entre deux biberons sont compris entre 2h30 et quatre heures. Tout dépendra de l’âge et de la demande du bébé.

Bien entendu, il est hors de question de forcer votre enfant à boire plus qu’il n’en réclame.
Tant que sa courbe de prise de poids est satisfaisante, qu’il paraît en bonne santé et que ses selles sont normales, vous n’avez aucune inquiétude à avoir : bébé reçoit ce qu’il lui faut.

De nouveaux aliments entrent en lice, mais dans quelles proportions ?

Bébé va  par la suite entrer en stade de diversification alimentaire. De manière progressive, des aliments nouveaux vont être intégrés à ses repas. Il apprendra tout doucement à s’y familiariser et à les apprécier.

Tout en lui proposant des nouveautés, on continuera, jusqu’à trois ans, à lui offrir de 500 à 800 ml de lait par jour (lait premier âge jusqu’à cinq mois, puis deuxième âge dès six mois). Voici les rations quotidiennes moyennes :

Âgé de sept mois environ, votre petit pourra commencer à manger 10 g/jour de viandes (éviter les charcuteries autres que le jambon blanc) ou de poissons cuits et mixés, un quart d’œuf dur mixé et une cuillère à café d’huile ou de beurre. On peut, en parallèle, lui proposer quelques aliments sucrés (boissons, biscuits, confiture…), mais en quantités modérées.

A neuf mois, on peut introduire des petits morceaux de légumes, passer à 20 g/jour de viandes et poissons cuits et hachés, et à un tiers d’œuf dur haché.

A partir d’un an, le lait 2ème âge cède graduellement la place à celui de croissance. A deux ans, les viandes et poissons peuvent être consommés à raison de 30 g/jour, alors que, désormais, c’est une moitié d’œuf dur que l’on peut donner à bébé.

Commentaires