mercredi, novembre 21, 2018
Au QuotidienMédecine Esthétique

Cosmétiques : la peau des hommes

Cosmétiques : la peau des hommes
Cosmétiques : la peau des hommes
114views

Elle a la même apparence, elle semble avoir la même consistance et des besoins identiques et pourtant… la peau des hommes diffère de celle des femmes. Avec l’arrivée d’une offre spécifique, finie la “clandestinité cosmétique”, ces hommes qui utilisent les produits hydratants de leur femme ! Ils entretiennent avec leur rituel beauté une relation de plus en plus décomplexée.

Les hommes veulent être bien dans leur peau

On la découvre depuis quelques années, avec les gammes spécifiques destinées aux hommes bien en évidence dans les rayons ou les publicités, mais l’utilisation de cosmétiques chez l’homme est une constante au cours de l’Histoire. Soins de la barbe, chevelure et maquillage ont peu ou prou servi de distinction à travers les siècles et les civilisations.

En Europe et en Amérique du Nord, l’arrivée des cosmétiques au masculin date des années 90. Jusque dans les années 2000, le trio de la cosmétique masculine -déodorant-produit de rasage-shampoing relevait uniquement du domaine de l’hygiène. Puis le marché s’est envolé depuis une dizaine d’années, dopé par les soins pour le visage. Il est depuis en constante progression et approche au niveau mondial les 35 milliards d’euros. Il représente 8% à 10% du marché global des cosmétiques, avec la plus forte progression en Asie et en Inde, des eldorados de la cosmétique au masculin.

En Europe, un homme utilise 5 à 6 produits cosmétiques par jour (incluant le shampoing, le gel douche, la mousse à raser etc..) contre 25 en Corée du Sud par exemple. Les soins de “camouflage” pour ne pas dire de maquillage font aussi leur apparition dans le marché cosmétique masculin.

Dr Michèle Verschoore, dermatologue responsable de la consultation “Peaux du monde” à l’hôpital Saint Louis (Paris), auteur du Guide pratique de la beauté au masculin* : « Le bad boy, le métrosexuel, le hipster, l’androgyne, le sportif californien… les réseaux sociaux notamment ont favorisé l’émergence d’une multiplicité de modèles auxquels les hommes peuvent s’identifier, avec une demande de cosmétiques adaptés. Rechercher un cosmétique pour protéger sa peau n’est plus se “féminiser”, c’est devenu un geste de routine. Le net, les réseaux sociaux sont associés à ces changements de comportement : plus que les femmes, les hommes se renseignent et achètent dans des boutiques en ligne ou se rendent chez le dermatologue ; c’est plus discret. Mais cette forme d’inhibition concerne peu les jeunes générations ».

Un homme, une femme, deux peaux différentes

En ce qui concerne la peau, un homme n’est pas une femme comme les autres. La peau des hommes est sous l’influence hormonale de la testostérone. Elle est de ce fait plus épaisse dans sa totalité mais la couche la plus externe de la peau et de l’épiderme -la couche cornée- est plus fine que celle de la femme et donc plus fragile. A l’inverse, la sécrétion de sébum supérieure à celle de la femme la préserve des agressions extérieures. La peau du visage de l’homme est aussi plus vascularisée et la rend plus sensible à l’environnement. L’agression du rasage quotidien (3 000 h au cours de la vie) ajoute encore à sa fragilité.

Comme chez la femme, tous les types de peau (sèche, grasse, mixte ou sensible) existent chez l’homme. Mais ils ne savent pas encore bien l’identifier.

Gel pour les garçons, crèmes pour les filles

Pourquoi ne pas utiliser les cosmétiques en crème pour femme ? Tout d’abord pour une raison de texture. Trop collante, trop brillante, trop parfumée au goût des “mâles”. Si la femme privilégie une texture confortable, l’homme veut une hydratation invisible et rejette le toucher “gras”. D’où des galéniques sous forme de gel ou de lotions très fluides, indétectables.

En pratique, les hommes n’aiment pas multiplier les produits cosmétiques mais un soin simple à utiliser auquel ils restent très fidèles. L’hygiène quotidienne doit rester simple, efficace et agréable : c’est pourquoi les produits “trois en un” (visage, cuir chevelu et corps) remportent les suffrages.

Voici pour les différences, car pour ce qui est des actifs contenus dans les games Spéciales Hommes, ils sont identiques à ceux renfermés dans les produits pour femmes. Ce qui diffère en revanche, c’est d’une part la galénique, et d’autre part la concentration des actifs : plus concentrés dans les gammes pour l’homme, donc plus puissants.

Dr Anny Cohen-Letessier, dermatologue (Paris) : « Aujourd’hui, les « après-rasage » pour la plupart ne sont plus destinés à rafraichir et à parfumer mais davantage à reconstituer le film hydrolipidique, à apaiser et à hydrater. Les produits contiennent des actifs anti-inflammatoires, des restructurants (glycérine, acide pyrorilidone carboxylique, acide hyaluronique), des acides gras essentiels, des oligoéléments, des vitamines B5 et C, du manganèse qui améliorent l’hydratation et la stimulation du métabolisme cellulaire mais aussi des extraits de karité et de marula, des anti-déshydratants et des réparateurs cellulaires ».

Hydrater, lutter contre les taches, raffermir

S’il n’y a pas d’actif particulier développé pour les hommes, c’est parce que les mécanismes biologiques mis en œuvre sont les mêmes : hydrater, lutter contre les taches, raffermir. Il n’y a pas de spécificité du métabolisme du vieillissement cutané masculin.

En revanche, la chronologie du vieillissement de la peau est différente, du fait d’une couverture hormonale par la testostérone protectrice plus tardive chez l’homme. Chez lui, le vieillissement cutané est aussi plus graduel, avec un relâchement qui commence à apparaître aux alentours de 50-60 ans.

Chez l’homme, l’accent est mis sur le regard : paupières qui tombent, poches, rides du coin de l’œil. La peau du contour de l’œil est extrêmement fine et fragile et les signes de l’âge apparaissent en priorité dans cette région. Chez eux, on parle davantage de produits « antifatigue » ou « antistress », que de produits anti-vieillissement. Ils contiennent essentiellement des acides aminés, gluconate de zinc, de manganèse, de magnésium, des vitamines A,E et C, des stimulants végétaux comme le ginseng ou le ginkgo biloba.

Dr Verschoore : « L’homme ne se plaint pas de rides, mais d’un aspect fatigué, d’une mauvaise mine. Les hommes présentent aussi sur leur visage les stigmates de leur mode de vie et les conséquences d’une exposition solaire plus intense, d’un tabagisme plus fréquent. Contrairement à ce que l’on observe chez la femme, les hommes ont peu de rides superficielles mais plutôt profondes, avec des rides d’expression plus marquées. Malgré des avantages naturels sur le plan cutané, l’âge perçu est souvent supérieur à l’âge réel ».

 

E-santé

Commentaires