lundi, décembre 10, 2018
Manger SainementMédecine ChinoiseSanté NaturelleSanté Nutrition

Alimentation santé en hiver

Alimentation santé en hiver
Alimentation santé en hiver
76views

La Médecine Traditionnelle Chinoise nous enseigne que nous sommes entrés dans l’énergie de l’hiver depuis le 8 novembre. Jusqu’au solstice d’hiver, nuit la plus longue de l’année, les jours ne vont cesser de diminuer et ne s’allongeront de façon perceptible que fin décembre.
Cette période est nommée « le grand Yin », c’est-à-dire la période de l’année où l’énergie froide du yin atteint son paroxysme, tandis que la chaleur du yang se réduit à son minimum. Or, lorsque le yang est déficient, le dynamisme, la forme physique et psychique baissent entraînant fatigue et déprime.
La parenté énergétique est évidente entre la nature qui s’est endormie sous l’afflux important de froid et notre baisse de forme hivernale… Comment bien manger pour booster son Yang ?

Pourquoi l’alimentation est très importante en hiver ?

La médecine occidentale explique bien que l’effet conjugué de la baisse de luminosité et de la baisse du taux de vitamine D dans le sang, favorise la déprime saisonnière. Car il faut savoir que la luminosité agit sur notre humeur en stimulant l’hypophyse, et la vitamine D protégerait les neurones synthétisant la dopamine et la sérotonine.
C’est le rein (associé à la vessie) qui a son propre rythme naturel avec cette saison pendant laquelle il se remplit d’énergie. La première fonction du Rein est de contenir notre réserve d’énergie, aussi conviendra-t-il de préserver et de restaurer cette réserve d’énergie en hiver en adoptant un rythme de vie ralenti, en se protégeant du froid au niveau des lombaires et par une attention particulière à notre alimentation.

Pour relancer le yang…

Pour relancer le yang consommons des aliments dits de nature tiède ou chaude. La nature d’un aliment est l’effet thermique produit dans le corps après sa digestion. Mangeons et buvons plus souvent chaud et optons pour des cuissons plus longues mais douces, à l’étouffée ou à la vapeur.
A privilégier en hiver :
– Légumes : courges, potirons & potimarrons ainsi que tous les légumes racines (carottes, navets, céleris, topinambours, panais, rutabagas, choux raves, betteraves rouges, fenouils…)
– Légumineuses & céréales : pois cassés, pois chiches, lentilles, tous les haricots, soja, riz, millet, quinoa… sachant que les deux céréales les plus réchauffantes sont le sarrasin et l’avoine (réservée aux non intolérants au gluten).
– Protéines animales : le canard, le jaune d’œuf, les crevettes, les huîtres et le crabe.
– Fruits frais et secs : châtaignes, pommes, poires, noix, noix de cajou, pignons de pin, pistaches…
– Épices et condiments : gingembre, cannelle, cardamome, coriandre, badiane, carvi, clou de girofle, noix de muscade, paprika, épices pour pain d’épices, épices pour curry, poivre, piment, la sauce soja…

Pour influencer positivement notre humeur…

Consommons des vitamines B, C et D : légumes vert foncé, céréales entières, légumineuses, fruits, huiles de foie de poissons, poissons gras, jaune d’œuf, beurre cru…
Consommons des Oméga-3 : poissons gras, noix. Consommons du fer, du manganèse et du Tryptophane. Le Tryptophane est un acide aminé essentiel apporté par le biais de l’alimentation et qui, une fois absorbé est transformé en 5-HTP substance à son tour transformée en sérotonine, notre « messager chimique de la bonne humeur ».
Supprimons charcuteries, produits transformés et sucrés qui augmentent les symptômes de déprime.

Quels sont mes alliés anti-déprime hivernale ?

Les aliments anti-déprime sont ceux qui contiennent des vitamines du groupe B, essentielles à notre bien-être mental et émotionnel et particulièrement de la vitamine B9, de la vitamine B6 et de la vitamine B1. Les vitamines B9 et B6 associées, interviennent dans la synthèse de neurotransmetteurs tels que la sérotonine, la dopamine (qui joue un rôle central dans la motivation) et la mélatonine (hormone du sommeil).

La vitamine B1

La vitamine B1 favorise le bon fonctionnement du système nerveux en intervenant dans la transmission de l’influx nerveux. Elle permet de lutter contre les problèmes d’irritabilité. Elle se trouve essentiellement dans l’enveloppe des grains et donc dans les céréales complètes, les légumineuses, les fruits secs oléagineux et tous les légumes mais également dans la levure de bière, les œufs et les champignons.

Les oméga-3 :

Équilibrants du système nerveux, ils ont un effet bénéfique sur les syndromes dépressifs. Les meilleures sources d’origine animale sont les petits poissons gras : anchois, sardines, maquereaux (peu contaminés en mercure), le saumon sauvage (non pollué d’Atlantique nord ou Pacifique Nord) et les meilleures sources végétales sont les graines de chia, les graines de lin, de chanvre et les noix (ainsi que leurs huiles), l’huile de cameline et l’huile de colza…

Il vous faut aussi des minéraux et oligo-éléments et notamment :

Du Fer : Les sujets dépressifs souffrent souvent de carence en fer chronique. Il est préférable de consommer du fer non-héminique d’origine végétale présent dans les légumes verts (orties, persil, basilic, cerfeuil, céleri, fenouil, épinards, mâche, choux, petits pois, courges, poireaux, oignon cru, champignons…) les algues, les céréales complètes, les légumineuses, les fruits frais et secs (poires, cerises, raisins, pruneaux…) que du fer héminique d’origine animale que contient la viande, qui augmente le stress oxydatif. D’après les chercheurs, les personnes qui consomment trop de fer héminique présentent un risque accru de diabète de type 2 et augmenteraient leur risque de mortalité par maladie cardiovasculaire et par certains cancers, maladies influencées par le stress oxydatif.

Du Manganèse qui permet de stabiliser le niveau de glucides dans le sang et d’éviter les changements d’humeur liées à l’hypoglycémie. A noter que la carence en manganèse provoque des déséquilibres dans la synthèse des neurotransmetteurs tels que la sérotonine et peut donc engendrer des symptômes dépressifs. Les moules, les palourdes, les pignons, le soja et les légumineuses en général, les graines de courge, les noisettes et les noix, les ananas, le riz complet et les algues sont les meilleures sources en manganèse.

Du Tryptophane présent dans les graines de courge, le poisson et la volaille. Et, déjà transformé en 5-HTP dans une merveilleuse plante qu’est Le Griffonia dont il ne faut pas hésiter à se supplémenter si besoin !
De la vitamine D. En hiver, en raison d’une variation de la longueur d’ondes du rayonnement ultraviolet B, s’exposer au soleil ne permet plus de la synthétiser suffisamment. L’alimentation seule est elle aussi insuffisante (huiles de foie de thon, de flétan et de morue, saumon, jaune d’œuf, maquereau et sardines, champignons, foie de veau et beurre pour les plus riches).

Un déjeuner type anti-déprime :

Salade de jeunes pousses d’épinards avec avocat, champignons et graines germées assaisonnée avec un mélange d’huiles d’olive et de cameline à parts égales ou velouté d’épinards à la noix de cajou.
Plat principal : Darnes de saumon sauvage sur lit de cœur de chou au sésame ou, pour les végétariens, brouillade d’œufs aux poireaux et aux algues.
Dessert : Douceur de poires à l’ananas séché et aux noix de pécan, parfum de cardamome.

Santé Naturelle Mag

Commentaires